Le pays des tweets

Pays de paradoxes:  Le Québec 

Un pays divisé sans idéaux citoyens consensuels et qui cherche ses ancrages dans une identité asservie aux distorsions et aux paradoxes du pouvoir, du savoir, des avoirs et des devoirs d’une génération d’opportunistes urbains. Les préjugés liés à l’âge et à la scolarité ont résisté à toute solidarité… et le Québec a ainsi sacrifié son rêve d’indépendance sur l’autel de la précarité.

Comment grandir et vieillir au Québec hors de la précarité?

Un retour à l’essentiel s’impose pour enfin offrir l’entraide sans étiquette de prix et sans taxes abusives sur un territoire riche, vaste et taillé dans la vaillance de ses ancêtres. Le Québec est auto-suffisant mais ses habitants semblent l’ignorer. Le Québec, à peine peuplé, a ainsi écarté l’essentiel de son émancipation: celui de répondre présent à la voix stridente de l’exclusion sociale.

 

Diviser pour mieux régner?

Religieux ou laïcs, les Ordres continuent de vampiriser le domaine de l’entraide.

 La bêtise ne dépasse jamais les bornes. Où qu’elle pose le pied, là est son territoire.

– Stanislaw Jerzy Lecvieillir au québec

Les curés s’appellent maintenant les experts mais ils nous emprisonnent toujours dans une société divisée par un leadership incestueux. Le Québec est resté prostré devant les bonzes de son élitisme tel une victime qui ne parvient pas à retrouver sa dignité. Le Québec s’est fabriqué une révolte docile, formatée en minorités visibles et normalisée par le dogmatisme sectaire de ses Ordres passés seulement du religieux au professionnel. Au travail, le « taylorisme » des bras est monté aux cerveaux et a cruellement confondu Éducation et Instruction de travail. Malgré quarante ans d’Éducation gratuite, le Québec refuse toujours d’aborder l’introspection et l’altruisme comme valeurs essentielles à l’émancipation d’une Nation.

Le privilégié professe hypocritement avoir compris que sa richesse vient du labeur de ses subalternes et son pouvoir de la confiance de ses partisans. Pourtant… il refuse de partager dignement les fruits de tels privilèges, il exploite la naïve ignorance citoyenne et s’abstient d’évoluer dans l’aptitude de vivre équitablement en société. Les québécois aiment trop se blâmer entre eux pour rendre possible toute coalition.

Notre défi à tous…

TRAVERSER DU PASSÉ AU FUTUR EN GARDANT L’ÉQUILIBRE AU PARTICIPE PRÉSENT !