Le coeur à la mère

Le coeur à la mère

Mère digne!

Aujourd’hui, la mère idéale est à l’honneur. De partout fusent les remerciements et les éloges à des mamans exemplaires. On oublie les faux plis de la vie pour animer les salles à manger par des brunchs honorifiques. C’est la réjouissance pour ces femmes entourées de leurs familles aussi reconnaissantes qu’aimantes en cette journée unique de l’année. C’est merveilleux et même inspirant de voir défiler sur Facebook toutes ces photos de mamans plus jeunes ou plus âgées qui rappellent à leurs enfants de tendres souvenirs et leur font oublier par leurs odeurs de parfums fleuris et les arômes de boustifaille, la brumasse du jour.

Mère indigne?

Qu’arrive-t-il à toutes les autres? À Frida dépouillée de ses biens et pour qui les murs du CHSLD se sont refermés sur sa solitude? À Sylvia dont les enfants fêtent la belle-mère et qui meurt silencieusement de son cancer? À Josée qui ne veut voir personne car son diagnostic date de quatre jours seulement et que le pronostic est désastreux? À Alice que ses enfants ont reniée suite à un mauvais divorce? À Gilberte qui se débat avec ses hallucinations incessantes en cette semaine de la santé mentale? Quelle coïncidence!

Il est difficile d’aborder sans dramatiser le sort de toutes ces femmes qui ne sont jamais célébrées comme mamans parce que leurs parcours sont jugés trop sinueux pour mériter des éloges.  Ils est aussi périlleux de sensibiliser les cœurs au sort de ces mamans tombées en disgrâce sans pour autant arrêter d’aimer leurs enfants.  Il y a des mamans en prison, sur le trottoir, sans abri. Il y a aussi ces mères monoparentales qui se débattent dans la précarité et sont réprimandées pour ne pas pouvoir offrir l’essentiel. ET il y a des mamans sans cœur. Malheureusement!

Mère adoptive;

Le XXIe siècle a éloigné les mamans de leur progéniture. De leurs familles décomposées à leurs familles recomposées, les enfants se sont dispersés entre deux mamans, quatre grand-mamans….. parfois beaucoup plus. Il y a aussi ces mamans mentors qui inspirent sans pour autant posséder de liens de sang. Que dire de ces nouvelles mamans qui portent pour une autre un enfant et celles qui aiment les enfants devenus orphelins ou sans famille.

Mère lointaine:

Comment célébrer la maman qui n’occupe plus le quotidien de ses enfants parce qu’elle a choisi d’investir le plus clair de son temps dans sa vie de femme et qu’elle a délégué sa maternité? Comment se rapprocher de la maman qu’on a laissé derrière parce que la carrière nous a éloigné d’elle ? Quel merci spécial donnera-t-on à la maman qui clame sa fierté mais ne parle plus d’elle-même pour éviter d’inquiéter?

Bonne fête… MAMAN!

Que reste-t-il vraiment à toutes ces mamans à la fin du jour quand il faut retourner à l’essentiel pour aborder ses lendemains de fête? Il leur reste tout simplement l’amour inconditionnel qu’elles ressentent pour leurs enfants. C’est ce qui compte vraiment même quand la vie décide de faire vivre autrement le lien à la mère. Nous avons tous une maman et même les sans cœur ont un jour confié leur cœur à leur mère.

 

%d blogueurs aiment cette page :