Apprendre l'art de rester vivant jusqu'à sa mort

Mobilité ou accessibilité?

Réinventer l’ACCESSIBILITÉ

Nos technologies ont été créées pour y arriver

 

Le paradoxe de la mobilité

A-t-on perdu le sens de l’orientation?

Tout se passe en ville! Pourtant l’accessibilité des villes diminue. Alors que la technologie pourrait permettre une organisation des communautés plus efficace et surtout plus humaine, même les ambulances sont bloquées dans leurs urgences. De plus, l’étalement urbain continue de réduire la fluidité des parcours. On n’en finit pas d’emplir les centre-villes de travailleurs qui s’épuisent dans des horaires fixes allongés – sans les compenser – de déplacements excessifs (temps volé) pour aboutir  dans des locaux malsains (espaces clos).

Bolides coincés et travail en pacages

Pourquoi consentir son espace-temps sans en réclamer la juste valeur?

Prix pour prix, c’est un pensez-y bien!

congestion urbaine

Contre toute logique de productivité, la mobilité sans la fluidité est un non-sens coûteux pour le travailleur.  De quoi faire exploser les dépenses liées directement à l’emploi.

La technologie permet de plus en plus d’offrir l’accessibilité à distance.  En fait, beaucoup d’emplois, actuellement tassés dans des cubicules, ne requièrent aucune mobilité. En conséquence, il pourrait s’avérer très rentable de s’adapter à des mains-d’oeuvre « juste à temps », sans contraindre leur espace-temps. Par contre, il n’est pas nécessaire de les chercher au bout du monde. En effet, l’âge modifie les besoins. Un parcours professionnel adapté aux âges de la vie et une transition efficiente pourraient éviter aux organisations des coûts importants liés à leur site physique. D’autre part des effets non négligeables seraient de réduire la perte des connaissances tacites des travailleurs mis à pied avant l’âge de la retraite, l’épuisement professionnel des jeunes parents et la délocalisation hors frontières des emplois. Au surplus, des pratiques innovantes permettraient d’optimiser le revenu des familles et celui de la longévité acquise après l’âge de la retraite.

Consommation oblige

Dépenser son salaire facilement avant de rentrer à la maison

D’ici quinze ans, les fonds de retraite du babyboom risquent la sécheresse. Par ailleurs, le salaire cumulé des jeunes familles ne parvient déjà pas à leur éviter l’endettement. Les jeunes subissent le non-sens des dépenses liées au travail lui-même. (dettes d’études/transport/garde-robe/frais de garde/collectes de fonds au travail/ restaurants etc). Conséquemment, que dire de leur capacité d’épargne?  Par ailleurs, les déductions fiscales ne compensent aucunement la perte de l’équilibre du « vivre ensemble ». Les familles ont toujours besoin des communautés de proximité fondées sur l’entraide.

Les ressources se raréfient malgré 40 ans d’Éducation gratuite

 
Télétravail – Travailleur aîné – Apprentissage à la carte – Commerce en ligne

L’incertitude est un poison pour l’esprit. Sans plan directeur et sans l’intégration des services à la personne, on assiste à des dérives professionnelles de plus en plus inquiétantes.  En conséquence, chaque sourire trouvera son dentiste au Mexique ou à Cuba. Le criminel se représentera lui-même en cour. Le malade ira chercher ses soins de santé chez les chamanes et les charlatans. Les parents feront l’école à la maison. En somme, « l’Humain » résistera à la machine qui tente de le réduire à la précarité. Il trouvera ses propres solutions pour survivre.

  • cinq  milliards$ de chiffre d’affaires sortent du Québec en emportant les emplois ailleurs en 2012…. par le commerce électronique et ça augmente! Selon le CEFRIO, en 2015 seulement, « une progression de 21,9 % comparativement à 2014 où les dépenses totales s’élevaient à 6,6 milliards de dollars. »
  • le vieillissement de la population menace la capacité de payer de l’État et celle des contribuables est déjà fortement engagée dans des dépenses liées au travail mais sans déductions fiscales associées
  • les grands centres urbains sont de plus en plus inaccessibles et le « voyagement non rémunéré » prolonge l’absence du foyer au détriment de l’équilibre des familles
  • la technologie de l’information devient extrêmement coûteuse quand elle se résume à un simple changement d’outil  sans transition adéquate. Elle sera inabordable si on la laisse devenir un nouveau jouet voleur de temps
  • la mondialisation raccourcit les distances ainsi que le temps entre les marchés et leurs ressources alors que les travailleurs s’agglutinent en pacages dans les mégapoles?
  • on vide les régions en perdant du même coup la diversité qu’elles contribuent à la richesse d’une culture patrimoniale
  • on expédie les jeunes dans les centre-villes à grands frais alors que le savoir est partout accessible, hors campus  avec des programmes diversifiés et même gratuits et alors qu’on manque de contenus qualifiants pour garder la main-d’oeuvre en région?

Pénurie – Relève – Précarité

Redessiner notre espace-temps en conjuguant la productivité humaine entre espace vital et temps des horloges!

Nos balises temporelles sont:
pouvoirs, savoirs, avoirs et devoirs

 

Nos balises spatiales sont:
Urbanisation – Mondialisation
Délocalisation – Télétravail 

 

Il est temps de revoir les enjeux de 

Mobilité – Productivité- Proximité – Longévité…

Notre défi à tous…

TRAVERSER DU PASSÉ AU FUTUR EN GARDANT L’ÉQUILIBRE AU PARTICIPE PRÉSENT!